En guise de reprise ...

November 2, 2017

Après quelques semaines d'arrêt et de réflexions, essentiellement en raison de la difficulté de plus en plus grande de monter des projets photos sérieux avec des modèles ... du moins dans la zone dans laquelle j'évolue : aux alentours de Toulouse !

 

On voit fleurir sur les sites qui proposent des books gratuits et surtout sur les réseaux sociaux une flopée de jeunes femmes (ainsi que des hommes dans une moindre mesure) qui sont à la recherche de photographes pour faire des shooting dans l'espoir de devenir mannequin ou modèle, et surtout en vivre !

 

Parallèlement et bien souvent en même temps, ces  jeunes femmes (parfois moins jeunes) se lancent comme modèle dans un espoir quasi thérapeutique de mieux accepter ce qu'elles sont, leur corps, leur visage qu'elles ont beaucoup de mal à supporter…

 

Et le photographe se doit de composer avec leurs exigences et leurs états d'âme … et leur susceptibilité

 Je me permettrai donc deux petites réflexions :

 

La première concernant la rémunération et la seconde concernant "l'aspect thérapeutique " de la photographie…

 

Concernant la rémunération, je me bornerai à rappeler qu'en France la seule possibilité légale pour un modèle ou un mannequin de poser est de faire partie d'une agence déclaré : c'est cette dernière  qui établit tout contrat avec le photographe et ensuite l'agence qui rémunère le mannequin ou le modèle.

 

Rappelons qu'en général l'agence rémunère un mannequin sur un projet et engage un de plusieurs photographes qu'elle rémunère aussi…

 

La seule exception existante est le cas des modèles vivants qui posent essentiellement pour les écoles d'art, les peintres ou les sculpteurs… ( et de manière ponctuelle peuvent le faire pour des photographes dans la mesure où cela ne  ne constitue pas l'essentiel de leurs activités ) : les modèles  fournissent une facture qui peut-être rentrée en comptabilité, et pour cela doivent pouvoir fournir un numéro Siret et numéro de TVA qui leur sont délivrés lors de leur immatriculation comme travailleur indépendant 

C'est activité correspond un code Naf spécifique.

 

Toute autre pratique ou possibilité y compris les défraiement qui constituent légalement une rémunération déguisée, constitue une infraction et susceptibles de poursuites judiciaires devant le tribunal correctionnel, à l'initiative des services fiscaux, de l'URSSAF, la maison des artistes, l'AGESSA ou de ce qu'est en train de devenir le RSI : et lorsque l'infraction a été constaté par les services concernés, les poursuites sont désormais quasi systématique et entraîne condamnations, amendes et inscriptions desdites condamnations sur le quasi judiciaire de la personne concernée et éventuellement assorti d'interdiction de gestion ...

 

Il est important de noter que ce ne sont jamais les modèles qui sont poursuivis : ceux-ci sont de facto considéré par la législation en vigueur comme des victimes et ne sont jamais poursuivi.

 

Dans ce cas ce sont seuls les photographes qui sont poursuivis.

 

L'objection qui pourrait être faite je pense, comme quoi ce ne serait pas fréquent, mériteraient de la part de ceux qui le pense d'aller vérifier sur les rôles des tribunaux : les gens ne se vantent que rarement d'avoir été condamné pour du travail dissimulé.

 

Voilà pour le premier.

 

Concernant le second point, L'aspect "thérapeutique", si on peut dire de la photographie… notamment de nu...

 

Je suis persuadé, après plus de 25 ans d'expérience, qu'il est tout à fait illusoire de croire que faire des photos, habillé ou nu, va aider à se sentir mieux dans sa peau ou mieux s'accepter…

 

Les personnes, hommes comme femmes qui cherchent à résoudre les problèmes qu'ils ont avec leur propre image par ce biais là, ne cherchent systématiquement qu'en fait à se trouver belles ou beaux suivant leurs propres critères.

Les seuls critères qui rentrent pour ces derniers en ligne de compte, dans une écrasante majorité, sont de pouvoir s'identifier à leurs références visuelles : c'est-à-dire ce qu'ils voient dans les magazines... et qui ne correspond absolument pas à la réalité.

Il y a dans ce cas,  aucune volonté ou désir de réaliser des projets où c'est la photographie seule qui est belle, et non la personne représentée dessus.

 

Cela entraîne malheureusement des mécontentements autant de la part du photographe qui se retrouve bien souvent confronté au refus, a posteriori du modèle que ces photos soient utilisés ou des critiques sur les réseaux sociaux… que de la part du modèle qui n'est pas satisfait du résultat, car il ou elle ne se reconnaît pas assez belle beau dans les images qui ont été faites.

 

Du coup personne n'est satisfait et tout le monde est mécontent…

 

Je conclurais ce post un peu long par un léger coup de gueule concernant cette nouvelle manière des modèles, souvent jeunes, qui refusent de montrer les images qu'elles ont déjà réalisé, sauf en mp  ou qui demande à réaliser des prises de vue, des shootings, sur des thèmes qu'ils/elles choisissent mais dont ils/elles refusent de parler ouvertement et demande là aussi à ne les communiquer qu'en mp!

 

Par contre il va de soi que le photographe, lui, doit avoir un site Internet en ligne ouvert, une page Facebook que l'on puisse consulter sans le moindre problème d'accès et à qui on va même parfois, avant toute chose lui demander de prouver qu'il a un siret, un studio etc...

 

Il est assez surprenant, sous un prétexte bidon qu'il existe des tordus dans ce métier, (comme dans tous les autres… y compris chez les modèles) que l'on puisse se permettre des exigences qu'on ne supporte pas de s'appliquer à soi-même.

 

 

 

Please reload

Featured Posts

Un photographe ... Qu'est ce que c'est ? (3)

July 5, 2016

1/10
Please reload

Follow Us
  • Facebook Clean

© 2017 Marc MERCIER PHOTOGRAPHY