L'Urbex : entre fantasmes, dangers et réalités ...

May 16, 2017

L'Urbex est à la mode ! (cf wikipedia)

 

Un lieu commun presque pour cette pratique exploratoire qui fait fantasmer nombre de personnes, photographes ou non, qui se vivent du coup, un peu, comme de nouveaux aventuriers ... à mi chemin entre Indiana Jones ou Lara Croft et de grands reporters, mi-artistes, mi-"archéologues" !

 Personnellement, tout ceci me parle, bien sur : archéologue et historien de formation (... même si ça commence à "dater !!) mais je dois bien reconnaître qu'entre saccage gratuit, risque judiciaire en France de poursuites pour violation de domicile et réels dangers de gens inconscients, il y a de quoi refroidir les ardeurs !

 La réalité des choses, comme toujours est multiple :

certes, découvrir des lieux oubliés, figés dans le temps et, peut être, quelque secret perdu est fascinant,

mais le risque nous a été encore, malheureusement rappelé récemment.

Certaines choses ne s'improvisent pas et croire que l'on peut escalader l'Everest ne rend pas tout le monde capable de réaliser l'ascension !

 

Lyon: Les dangers de l'exploration urbaine

Auteur : Caroline Girardon

Source : http://www.20minutes.fr/lyon/2052791-20170421-lyon-dangers-exploration-urbaine

 

Deux jeunes pratiquants de cette discipline à la mode sont décédés depuis le début de l'année...

 

De plus en plus de jeunes qui pratiquent l’urbex prennent des dangers considérables

La Métropole de Lyon sécurise au maximum les chantiers ou sites en friche sans pouvoir empêcher toute intrusion

Leur passion leur fait parfois prendre des risques considérables. Dimanche, une jeune fille de 20 ans est décédée après avoir chuté du toit d’une ancienne centrale à charbon à Villeurbanne. L’étudiante, passionnée d’exploration urbaine (urbex), était partie à la recherche du cliché rare.

Au mois de janvier, Maxime a perdu la vie sur le pont de la Mulatière. Quelques jours avant son décès, il confiait à 20 Minutes son obsession de ramener « la photo qu’[il] avait en tête », confessant « aimer admirer les points de vue que peu de gens connaissent ».

 

L’urbex, discipline visant à explorer des lieux secrets, était encore confidentielle il y a trois ans. Aujourd’hui, elle explose mais prend un tournant dramatique car ses pratiquants bravent (trop ?) souvent le danger. S’introduire sur les chantiers pour escalader le toit de l’Hôtel-Dieu à mains nues, grimper sur la tour métallique de Fourvière, monter au sommet d’une grue sont devenus des défis à relever. Ce qui inquiète Mathieu, 32 ans, animateur du site Internet souterrain-lyon.com.

 

« On voit arriver des jeunes, shootés à l’adrénaline »

« L’une des premières règles est déjà de ne pas aller en hauteur, rappelle-t-il. Mais de plus en plus d’adeptes s’inspirent du rooftoping (sport extrême à la mode sur Internet qui consiste à mettre sa vie en danger dans les airs). On voit arriver des jeunes, shootés à l’adrénaline, en recherche de sensations fortes, qui n’aspirent qu’à une chose : créer le buzz avec leurs photos. » Difficile de les ramener à la raison.

 

« Il faut pourtant savoir que la philosophie de départ est de préserver les lieux que l’on découvre et donc de ne pas exposer tout ce que l’on voit. On n’est pas dans le partage à outrance », insiste le trentenaire. Et d’ajouter : « Même si le lieu est fantastique, certaines fois je n’y vais pas car je sais que le danger est là ».

 

« Impossible de tout sécuriser »

De son côté, la Métropole de Lyon veille au grain et précise qu’« un budget très important est consacré à la sécurisation des sites », sans en dévoiler le montant, pour éviter les intrusions et donc les accidents. Gardiennage, installation de caméras de surveillance ou d’alarmes reliées à la gendarmerie, fermeture des sites sont les principales mesures appliquées.

 

« Malheureusement, il est impossible de tout sécuriser, déplore Nicole Sibeud, directrice adjointe des services. Quand les gens sont déterminés à grimper sur les toits, s’amusent à monter par l’extérieur du bâtiment, comment voulez-vous faire ? » Et de conclure : « Le véritable problème c’est d’arrêter l’apologie de cette pratique à risque ».

 

... Certes, il faut bien reconnaitre que c'est parfois "magique" :

 

Quand la nature reprend ses droits dans des lieux abandonnés ! Magique…

 Auteur : Maureen Gilmant

Source : https://lareleveetlapeste.fr/nature-reprend-droits-lieux-abandonnes-magique/

 

Témoignages du passé, d’incidents ou simplement reconquis par la nature, ces lieux abandonnés laissent place à des spectacles surprenants.

 

Alors que les destinations qui attirent aujourd’hui sont les destinations insolites, peu connues, voir oubliées, la fascination autour des lieux et monuments abandonnés est elle aussi très forte. Au sein d’ouvrages ou de comptes instagram, on peut découvrir ces ruines ou ces lieux devenus inutilisés qui paraissent pourtant stoppés en pleine action comme hors du temps.

 

Ces scènes parfois apocalyptiques font ressortir une sensation de sérénité où l’homme n’a plus vraiment sa place. Lieux autrefois glorieux, festifs, religieux, ou encore habitables on y découvre que les constructions humaines, une fois abandonnées, sont vite englouties par la puissante nature. Ainsi deux livres parus aux éditions Jonglez nous révèlent châteaux, théâtres, hôpitaux, ou encore usines devenus « invisibles du grand public ». Quant au compte instagram itsabandoned, il nous dévoile des lieux abandonnés des plus insolites au plus inquiétants. Cela nous entraine vers une réflexion philosophique au-delà de l’artistique sur la place de l’homme et son impact dans l’univers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Please reload

Featured Posts

Un photographe ... Qu'est ce que c'est ? (3)

July 5, 2016

1/10
Please reload

Follow Us
  • Facebook Clean

© 2017 Marc MERCIER PHOTOGRAPHY