Pour voir, apprendre et connaitre ...

December 2, 2016

Bien souvent, on s'aperçoit, dans les domaines de la photographie, de l'inculture crasse des "professionnels" (pas de tous, ne généralisons pas ... mais quand même !) ou, du moins, de l'absent d'intérêt actuel pour tout ce qui ne concerne pas la pratique "photoshop" ou du dernier "instagrameur" ...

Pourtant la photographie depuis son origine, et bien avant l'avènement de l'argentique (considéré comme presque un "ancêtre" par beaucoup !), a généré une littérature ô combien prolixe :

à titre d'exemple le catalogue des ouvrages de la revue "la Bibliothèque de la Société française de photographie" (1839-1939) compte, pour elle seule, plus de 4200 références !

(télécharger le catalogue en cliquant ici)

La curiosité sur ses pairs au sens large, sur l'art et la culture en général, est assurément l'une des choses qui fait le plus défaut à ces pseudos artistes ... et pourtant il n'a jamais été aussi aisé de se plonger dans les travaux et recherches de ceux qui nous ont précédés.

C'est bien souvent avec surprise que l'on peut prendre conscience de l'étendue et de la profondeur de ces recherches, réflexions ou études : il faudra que je prenne le temps de numériser un de ces jours l'incontournable et énorme  "chimie et physique photographique" de Glafkides, dans sa version la plus complète ou "l'éloge de l'ombre" de Jun'ichirō Tanizaki (谷崎 潤一郎) (cf wikipedia) qui sont introuvables sur le net ...

... on connait davantage, même si rares sont ceux qui osent s'y plonger, les codex de Léonard de Vinci, qui pourtant apprendraient à beaucoup sur perspectives, représentations des corps et composition des images, ou encore comme celles du peintre Paul Klee (cf Wikipedia), ou les stupéfiants travaux sur la couleur du peintre A. Boogerd ... 

 

Concernant Paul Klee, on pourrait se plonger dans ses carnets personnels récemment numérisés :

 Auteur : Luis Carreño

Source : http://thecreatorsproject.vice.com/fr/blog/descarga-los-cuadernos-personales-de-paul-klee?utm_source=tcpfbfr

Paul Klee est presque aussi connu pour son œuvre picturale que littéraire. Ce professeur du Bauhaus et grand maître de l’expressionnisme a en effet écrit des essais qui sont à la base de tous les raisonnements liés à l’art moderne, puis contemporain. 

 Son œuvre se situe quelque part entre le cubisme, l’expressionnisme et le surréalisme et s’inspire de ses voyages en Tunisie, en Italie et en Égypte mais aussi de son passé de soldat lors de la première guerre et de sa passion pour la musique. Alors imaginé un peu tout ce qu’on peut trouver dans ses carnets personnels de recherche. Des histoires, des concepts, des techniques décryptées, des anecdotes et des histoires. Pas mal de l’histoire de l’art en tout cas. 

 Le tout est à télécharger ici. Vol.1 : The Thinking Eye ( en 3 parties à télécharger : PART 1  PART 2   PART 3 ) et Vol.2 : The Nature of Nature ( en 4 parties à télécharger : PART 1  PART 2  PART 3 PART 4 )

 

 

D'autres sont beaucoup plus surprenant, à l'instar, de ce que découvrit, mi 2014, un chercheur médiéviste néerlandais nommé Erik Kwakkel dénicha sur la base de données de la bibliothèque Méjanes à Aix-en-Provence : un étrange ouvrage néerlandais intitulé Klaer lightende Spiegel der Verfkonst (Traité des couleurs servant à la peinture à l'eau).

 Daté de 1692, cet ouvrage fort d'environ 800 pages signé par un certain A. Boogert explique comment composer des couleurs à l'aquarelle, les mélanger, les éclaircir en ajoutant une ou plusieurs parts d'eau.

L’ensemble constitue un immense catalogue coloré…pouvant faire penser au fameux nuancier Pantone utilisé par les imprimeur… lequel fut inventé en 1963 ! Son principe est simple : la gamme Pantone présente environ 800 nuances, composées à partir de quinze couleurs de base. Bon nombre de ces nuances ne peuvent être créées par le procédé habituel de la quadrichromie, qui consiste à mélanger les trois couleurs primaires cyan-magenta-jaune auxquelles on ajoute le noir pour former les quatre mousquetaires CMJN. D’où l’intérêt du système Pantone, fournissant des couleurs de fabrication complexe prêtes à l’emploi.

L’ouvrage de Boogert est loin d’envisager ces prouesses techniques, évidemment. Mais visuellement, ses rectangles de couleurs rappellent fortement le nuancier Pantone.

 

Malgré ses très hautes visées pédagogiques, ce livre n’eut probablement qu’un nombre très restreint de lecteurs. Pour une raison toute simple : il est écrit et peint à la main.

Si au XVIIe siècle on maîtrisait l’impression du texte grâce à Gutenberg, on ne savait pas encore imprimer les couleurs. 

Le Traité des couleurs servant à la peinture à l’eau d’A. Boogerd avait été mis en ligne dans son intégralité mais il n'est malheureusement plus disponible apparemment.

Please reload

Featured Posts

Un photographe ... Qu'est ce que c'est ? (3)

July 5, 2016

1/10
Please reload

Follow Us
  • Facebook Clean

© 2017 Marc MERCIER PHOTOGRAPHY