Rechercher

Savoir dire non au travail gratuit !


La reprise d'un post d'Akache Busia sur son blog mais qui nous rappelle à tous mille histoires similaires ... et de plus en plus fréquentes !!

Presqu'un cas d'école ... et quasi journalier maintenant :

Le travail gratuit peut-il être envisageable dans le monde de l'art?

Voici une conversation que j'ai eu lundi 17 avril au soir. Un internaute m'aborde et me demande si je peux faire un travail gratuit pour lui. La suite, je vous laisse la découvrir.

A ce jour, cette conversation est restée sans réponse de sa part .

Le plus important, c'est de savoir très rapidement cerner ces profiteurs et de ne pas se faire avoir. Comment détecter ce genre de personne? Voici comment j'ai procédé, en espérant que cela vous apporte des clés pour éviter ce genre de piège.

Tout d'abord renseignez vous. Je suis allé sur sa page, et j'ai vu qu'il a un business. Sur son profil, on peut voir qu'il a un compte Paypal pour les virements. Là, il est clair qu'il veut que je travaille gratuitement, dans le but de se faire un peu d'argent.

Demander la même chose (travail gratuit) en retour. Vous avez vu comment la réciprocité ne s'applique pas. Sur son profil, il affiche les tarifs de son business. En demandant 200 000 RT, ça se chiffre pour lui à 1000€. Il peut concevoir une telle perte pour vous, mais pas pour lui.

Vous noterez au passage la faiblesse d'argumentation. Parce qu'il s'attendait à un "oui" ou un "non", il n'avait pas prévu que je pousserai sa logique au bout. Du coup, sa ligne de défense se résume à des "omg", à des allusions à la pétanque et à la pêche, à des "t'es trop con", "tu me casses les couilles"... bref, rien d'argumenté.

Et enfin, poussez la logique de votre interlocuteur à fond. Ici, j'ai volontairement insisté pour connaitre son budget et ses paliers de négociation.

Bon après, je reconnais que c'est facile dans mon cas. On voit clairement que c'est un amateur qui ne sait ni négocier, ni entreprendre, ni s'exprimer correctement, ni même orthographier correctement.

En plus de savoir dire non, il est important de savoir pourquoi on dit non.

Ne vous méprenez pas sur moi. Il m'arrive de travailler gratuitement, mais à certaines conditions. Je le fais volontiers (et quand j'ai le temps) pour une association. Je peux aussi donner un coup de main à un projet auto-financé où personne ne touche un salaire (dans ce cas, on est tous logé à la même enseigne). Bref, chez moi le travail gratuit se fait quand c'est à but non lucratif.

Mais quand vous avez en face de vous quelqu'un qui va gagner de l'argent avec votre travail, sachez dire NON au travail bénévole. Il n'est pas normal que vous travaillez gratuitement pour une personne ou une société qui va encaisser un bénéfice sans rien vous donner un retour.

Comprenez la logique. Pour ces personnes, l'argent déboursé n'est pas vu comme une perte, mais comme un investissement. Ils payent dans le but d'obtenir un résultat qui amènera un bénéfice. Ce bénéfice, idéalement, devra être d'un montant supérieur à l'investissement. Alors naturellement, ils souhaitent réduire l'investissement au minimum (dans ce cas, à 0€).

N'oubliez pas. On a un travail reconnu, pour lequel on paye des impôts et cotise pour une retraite. Et contrairement à ce que d'autres peuvent affirmer, ce n'est pas "n'importe qui" qui peut le faire proprement.

N'ayez pas peur de refuser un travail que vous ferriez bénévolement, surtout si ça ne vous apporte rien. Ces personnes peuvent détecter très rapidement vos faiblesses et vous faire miroiter je-ne-sais-quoi dans le but de vous exploiter. Ils auront toujours tout un tas d'arguments pour vous faire dire oui (je pense d'ailleurs rédiger un post qui regroupera l'ensemble des arguments que j'ai pu entendre dans ma carrière. Et croyez-moi, il y en a beaucoup -


© 2020 Marc Mercier Photography