Rechercher

Artgenève se forge l’aura d’un grand salon


Auteur : Irène Languin

Source : http://www.tdg.ch/culture/artgeneve-forge-dun-grand-salon/story/19201282

Galeristes, artistes et collectionneurs en conviennent: la foire de haute qualité à Palexpo a réussi à se rendre incontournable.

Artgenève réunit une offre riche et de belle qualité qui séduit amateurs comme collectionneurs.

Image: Olivier Vogelsang

Etablir en Suisse romande une plate-forme de premier plan pour l’art contemporain. Voilà l’audacieuse intention qu’a nourrie artgenève au fil de ses éditions depuis 2012. Six ans après, un chœur unanime s’élève pour dire combien ce dessein s’est bellement réalisé. Modeste par la taille mais émérite par la programmation, la foire est parvenue à s’inscrire à l’agenda de bien des collectionneurs de l’arc lémanique et d’ailleurs, à séduire les galeristes du monde entier et à attirer une jolie audience de curieux et d’amateurs avertis.

A la manœuvre depuis les débuts, Thomas Hug attribue notamment le succès de l’événement à ses dimensions relativement restreintes en regard d’autres grands-messes européennes. «On se sent bien chez nous, affirme le directeur du salon. Le public peut discuter avec les exposants et les stands – dont certains accueillent un programme non commercial, comme des musées ou des fondations – sont en voisinage: ça crée un dialogue très riche.» Cette intimité confère à artgenève une ambiance particulière, propice aux échanges culturels, mais aussi financiers. «Le fait de n’être pas gigantesque est un atout pour la clientèle d’aujourd’hui, avance Catherine Duret, marchande d’art privée présente chaque année à Palexpo. J’y noue des liens précieux pour moi qui ne dispose pas d’espace d’exposition le reste du temps.»

Trouver son bonheur

Les collectionneurs ne s’y sont pas trompés: ils affluent toujours plus nombreux à l’occasion de cette manifestation qui ouvre, à la fin du mois de janvier, le calendrier international des foires d’art. «Je fréquente artgenève depuis sa création et il s’est bien développé, explique depuis Lausanne Suzanne Dubois. Chaque fois, j’y ai trouvé mon bonheur.» Pour celle qui a réuni, avec son mari aujourd’hui décédé, un exceptionnel ensemble moderne et contemporain, l’intérêt réside aussi dans le panachage de l’offre: «Le mélange entre des pièces très cotées et des artistes plus abordables est intéressant. Pendant trente ans, on est allé à ArtBasel, mais c’est aujourd’hui totalement démesuré. A Genève, on conserve une vue d’ensemble.»

Ce menu varié permet aux collectionneurs de très haut niveau de s’offrir un chef-d’œuvre comme des productions d’artistes émergents, tout en restant accessible aux escarcelles moins dodues. «Artgenève, c’est du cousu main, illustre le sculpteur Yves Dana, qui présentera deux grandes œuvres sur le stand de la galerie neuchâteloise Ditesheim & Maffei Fine Art. Son envergure internationale est importante pour la Suisse romande.»

De fait, les exposants accourent de toute l’Europe et parfois même d’autres continents (Asie et Etats-Unis), conquis, eux aussi, par ce salon à échelle humaine et séduits par la qualité de son public comme de son programme. «Il y a, en Suisse, des amateurs, dans le beau sens du terme, témoigne Bernard Bouche, directeur de la galerie parisienne du même nom, qui revient en 2017 après deux participations. Ils ont des connaissances, s’intéressent aux artistes, sont ouverts aux découvertes.» Artgenève attire même désormais sur sa seule réputation, comme l’atteste Laurent Mercier, cofondateur de la galerie Maruani Mercier, à Bruxelles, qui se déplace pour la première fois: «On y aura notre stand alors même qu’on n’a jamais visité le salon! Mais on en a entendu beaucoup de bien; chaque année, le niveau s’améliore.»

Une carte à jouer

La preuve, donc, que Genève a une carte à jouer dans cet univers extrêmement concurrentiel. «Cette plate-forme constitue une vitrine exceptionnelle pour le canton, affirme Lionel Aeschlimann, associé gérant du Groupe Mirabaud et collectionneur. C’est le seul moment de l’année où convergent dans la région autant d’acteurs internationaux du monde de l’art contemporain.»

Gare, cependant, à avoir les yeux plus gros que le ventre! avertissent certains. «Artgenève a la particularité d’être intimiste et de proposer une très belle qualité, souligne la galeriste Rosa Turetsky, une fidèle de l’événement, qui proposera cette fois, entre autres, un solo show de Pierrette Bloch, icône de l’art abstrait français. J’espère qu’il ne changera pas de dimension!» Un avis que partage la photographe genevoise Béatrice Helg, dont le travail conceptuel sera présenté dans l’espace alloué à Ditesheim & Maffei Fine Art: «Il faut faire attention à ce que cette foire si singulière ne devienne pas comme toutes les autres.»


© 202 Marc MERCIER PHOTOGRAPHY