Rechercher

Le premier musée de la photo du Sud-Ouest


Ce musée a ouvert le 17 septembre au sein du musée privé des techniques.

À son origine, une rencontre entre deux collectionneurs passionnés.

Auteur : Élisa Artigue-Cazcarra

Source : http://www.sudouest.fr/2016/08/29/le-premier-musee-de-la-photo-du-sud-ouest-2481233-2758.php

Pascal Peyrot avait 17 ans lorsqu'il a attrapé deux virus : celui de la photographie et celui du collectionneur. À bientôt 53 ans, ces passions n'ont pas quitté cet artisan décorateur bordelais dont l'appartement déborde d'appareils photos de toutes les époques. « Ce n'est qu'une sélection, assure-t-il dans son petit salon où trône une centaine de pièces. Le plus gros se trouve dans une maison de campagne, dans le Lot-et-Garonne. »

L'homme possède une collection de plus de 1 000 appareils photographiques qui retracent 150 ans d'histoire de cette technique. Un trésor qu'il espère partager avec le grand public, dans un musée, depuis des années. Son vœu est sur le point d'être exaucé grâce à la rencontre d'une autre collectionneuse, Marie-Françoise Micouleau.

Un heureux hasard

Elle, ce ne sont pas les appareils photo qu'elle chine depuis quarante ans. Mais les objets en aluminium. Il faut dire que la dame s'y connaît. Avec son époux, elle est la fondatrice de l'entreprise Dal'Alu, leader européen des gouttières en alu installé à Saint-Médard-d'Eyrans et aujourd'hui géré par ses fils. Sa passion l'a conduite à la création d'un musée privé des techniques, voilà un an, à Beautiran, dans la villa Maglya. Un lieu qui vous plonge dans l'histoire du précieux métal mais aussi du passé industriel de ce coin des Graves, notamment de l'ancienne manufacture des toiles de Beautiran.

C'est par l'entremise d'une journaliste de télévision que la route de ces deux passionnés se croise, au printemps dernier. « Elle est venue au musée pour un reportage et m'a parlé de Pascal Peyrot, sur lequel elle avait fait un sujet précédemment, raconte Marie-Françoise Micouleau. Nous nous sommes rencontrés. Il cherchait un lieu depuis très longtemps. J'ai été impressionnée par sa collection. Le but de notre musée étant d'honorer les techniques, je n'ai pas hésité. La photographie est l'une des plus grandes inventions du XIXe siècle. »

Transmettre aux plus jeunes

Une grande salle de la Villa Maglya sera ainsi réservée au musée-atelier de la photographie. Le premier du genre dans le Sud-Ouest. Pascal Peyrot s'attelle aux derniers aménagements avant l'ouverture, programmée pour les Journées du patrimoine, le 17 septembre.

Il n'y exposera pas toute sa collection d'un coup (elle ne rentrerait pas !), mais une série de pièces contant l'histoire de la photo. « De ses débuts au XIXe siècle, pendant l'entre-deux-guerres, l'après 1945 jusqu'au numérique, sans oublier le cinéma et le précinéma », explique-t-il.

Le collectionneur prépare un parcours pédagogique. « J'espère transmettre mon savoir aux plus jeunes. Montrer aux enfants qu'il n'y a pas que le numérique. Qu'une photo, cela se travaille, se réfléchit, se touche. Récemment, j'ai fait une expo sur les début du cinéma à Bordeaux. Des classes sont venues. J'ai été estomaqué devant l'émerveillement des gamins. »

Des ateliers verront également le jour et des expositions temporaires de photographes d'ici et d'ailleurs seront programmées.

« Et puis avec ce lieu, on rend hommage à un enfant du pays, hélas peu connu et célébré sur ses terres natales », se réjouit Pascal Peyrot.

L'homme pense à Louis-Arthur Ducos du Hauron. En 1869, il a déposé son procédé devant l'Académie des sciences, le même jour que Charles Cros. Trente-deux ans plus tôt, il naissait à quelques kilomètres de Beautiran, à Langon.


© 2020 Marc Mercier Photography