Rechercher

De retour ...


Voilà ... de retour après beaucoup de boilot et de préparations dont il va y avoir des nouvelles bientôt!

Et de retour pour râler (avec un ^ , n'en déplaise à des réformes connes et oiseuses !!) :

Alors, on avait déjà eu des merveilles de la statuaire ridiculement cachées derrière des paravents pour ne pas choquer les mœurs intégristes d'un président iranien…

sûrement trop riche en pétrole et nouvel allié de l'Occident...

On a vu l'éviction ces derniers jours quelques tableaux avec des nus de dos interdit par la pudibonderie d'une présidente de tribunal…

Et entre autres, l'interdiction de films jugés scandaleux et immoraux par des associations de cathos intégristes d'extrême droite… V

alidée en plus par les tribunaux de la république !On appelle ça de la censure non ?Tout ça fait très XIXe siècle ou états fascistes qu'on a déjà vu...

Alors la prochaine étape, c'est de brûler en place publique les livres que quelques édiles ou institutions auront décidé d'interdire ! ?…

On a déjà fait ça en Allemagne dans les années 30/40 non ! ?

reprise de l'article original:

http://m.zinfos974.com/Exposition-de-nus-Nouvelle-censure-pour-le-photographe-Joel-Pelerin_a97182.html

Exposition de nus: Nouvelle censure pour le photographe Joël Pèlerin

Encore une fois, le photographe de nu artistique Joël Pèlerin apprend à la veille d'un vernissage que son travail ne sera pas exposé.

Encore une mauvaise surprise pour le photographe de nu artistique Joël Pèlerin, qui s’était déjà vu interdire son exposition au phare de Sainte-Suzanne en janvier dernier. Cette fois, c’est à l'exposition collective "Expo pour l’Egalité" organisée à Saint-Joseph qu’il se voit empêché d’exposer son travail. Après avoir été sollicité en août 2015 par le CRIJ (centre régional d'information jeunesse) pour participer à l’événement, le 20 Janvier dernier, l'artiste était informé que sa candidature était retenue. Mais ce mercredi, veille du vernissage, un mail lui annonce une mauvaise nouvelle : sa photo ne sera pas exposée. "La structure d’accueil, Emmaüs Grand Sud, n’a pas souhaité installer votre photographie. Bien qu’elle la trouve esthétiquement très intéressante, le public qu’accueille la structure est un public très sensible et cela risque de poser des problèmes de gestion ou des débordements", lui indique-t-on dans ce courriel. "Les institutions parties prenantes sont-elles solidaires de cette décision ?" Une nouvelle qui fait bondir le photographe. " Cette exposition pour l'égalité peut-elle encore revendiquer son nom ? " questionne-t-il, alors que l’événement est présenté comme une manifestation visant à lutter contre les discriminations par le biais de l'art. "Quelle logique veut-on transmettre à la jeunesse réunionnaise et au public réunionnais en général ? Est-il légitime et respectueux de se réfugier derrière une "réaction supposée" d'un public que l'on n'a même pas consulté ? […] Et toutes les institutions parties prenantes de cette manifestation sont-elles solidaires de cette décision et acceptent-elles de s'en retrouver discréditées ?", demande Joël Pèlerin qui devait exposer son tirage, sans contrepartie financière, au milieu de plusieurs autres artistes. Cette nouvelle interdiction n'empêchera pas le photographe de voir certaines de ses œuvres publiées dans le catalogue "NUDE 2016", au milieu de celles de photographes professionnels de 26 pays. --- Voici la photographie interdite d'affichage (des poèmes rédigés par son épouse devaient l'accompagner) :


© 2020 Marc Mercier Photography